Accueil

Les images sur ce site présentées révèlent divers univers, divers milieux, différents biotopes. J’aime varier les plaisirs, multiplier les situations de prises de vues, élargir peu à peu mes compétences tout en laissant agir mes inspirations et envies dans ma quête de sensibilisation à la beauté de la nature et des espèces sauvages.

Comme vous pouvez le deviner mon activité naturaliste occupe de plus en plus de place dans ma vie professionnelle. Des activités nouvelles ont pris place avec l’Association LABEL BIODIVERSITE, que je vous invite à découvrir sur la page officielle toute fraîche…

Calendrier 2023

Compléments à retrouver chaque mois dans les Actus !

Lien direct
et/ou
Rubrique dans Menu Principal

Les actus

Calendrier 2023 / Compléments / Mois de Février

Tarin des aulnes – Spinus spinus Je vous présente ce mois-ci une femelle de Tarin des aulnes. Image réalisée à Péone en période printanière. Espèce de passereaux partiellement migratrice de la famille des fringillidés. Il est un des plus petit représentant de son groupe qui englobe 52 genres pour 220 espèces… Il s’agit d’un oiseau très …

Ajout de nouvelles Images

  L’aspect visuel et notamment la page d’Accueil du site ont été remaniés pour vous donner accès aux actualités, nouveautés, changements… Parmi les Actus vous pourrez donc découvrir de nouvelles images dans les galeries. Une section Passereaux a été mise en ligne. Je souhaite vous présenter petit à petit les espèces fréquentées, étudiées, documentées… Les …

Les Galeries

Galerie Photographique

– – –

Vous pouvez naviguer par mots clés
et trier pour selon vos souhaits

Nombreux ajouts
(Janvier 2023)

– – –

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Cham'

Inspirations au soleil couchant. Aiguille verte, Chamonix.

Étourneau sansonnet

L’Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) est une espèce de passereaux de la famille des Sturnidés, originaire de la plus grande partie de l'Eurasie, mais qui a été introduite dans tous les continents excepté l'Antarctique.

Espèce hautement sociale, l'étourneau vit en regroupements qui peuvent parfois compter plusieurs milliers voire millions d'individus. Il est également connu pour ses capacités vocales qui lui permettent d'imiter avec une grande précision les vocalisations d'autres individus, de la même espèce ou non, ainsi que des bruits non biologiques issus de son environnement.

En raison de ses caractéristiques qui font de lui une espèce généraliste, comme la grande variété d'habitats qu'il peut occuper ou son régime alimentaire omnivore, l'étourneau fait partie des espèces animales particulièrement adaptables. Il peut ainsi causer des dégâts aux cultures tout comme être source de nuisances en milieu urbain. Ses populations urbaines et périurbaines sont parfois très denses, au point de le faire considérer comme espèce envahissante à certains endroits et d'entraîner des mesures de régulation de ses effectifs.
En consommant des invertébrés parfois nuisibles, comme des chenilles ou des larves de Tipulidae, l'étourneau sansonnet est parfois considéré bénéfique à l'agriculture et à la gestion forestière. Il a ainsi parfois été introduit dans certaines zones géographiques. Il est ou a été protégé par l'humain qui lui a installé des nids artificiels en bordure de champs, comme en Nouvelle-Zélande ou dans l'ancienne Union soviétique, où 25 millions de nids ont été érigés.

Chardonneret élégant

Le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est une espèce de passereaux de la famille des fringillidés, partiellement migratrice.

L’espèce est classée VU (vulnérable) sur la liste rouge des espèces menacées en France éditée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
En 2015, le nombre de chardonnerets en Europe est estimé entre 55 et 85 millions d'individus, en légère hausse. Cela représente 55 % de leur aire de répartition, tandis que les populations continuent de baisser de façon inquiétante en Afrique du Nord, où l'espèce a disparu de 50 % de son territoire, sous la pression des captures.

En France, les populations de chardonnerets élégants sont classées en danger. Leur nombre a fortement baissé durant le XXème siècle, pour deux raisons :
  • - avec l'usage excessif des pesticides pour les mauvaises herbes, le chardonneret trouve de moins en moins facilement sa nourriture, composée quasi exclusivement de graines ;
  • - durant les XXème et XXIème siècles le chardonneret est beaucoup capturé pour devenir oiseau d'ornement.


Sous sa forme sauvage, il bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, de détruire, d'altérer ou de dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter. Au titre du droit de l’environnement français, la peine encourue est de 150 000 euros d’amende et trois ans d'emprisonnement. Leur population en France a chuté de 40 % entre 2010 et 2020.

Duo de velours

Image réalisée après des soirées et des soirées de surveillance des activités de ce sublime duo. Observations toujours faites à la longue vue, de très très loin, pour ne jamais déranger ces êtres précieux...

Apothéose

Voici une des images de la série qui a été choisie pour la couverture de mon livre ' Un Autre Sud '

Fauvette passerinette

Fauvette passerinette (Curruca cantillans) Petit passereau de la famille des Sylvidés, constituée de 2 genres (Sylvia et Curruca) pour 34 espèces.

Par sa silhouette et par son allure, elle ressemble à une grisette de petite taille, plus fine et avec une queue relativement plus courte. Sous un bon spectre de lumière, le mâle affiche une tête et un dos gris bleuté, ressemblant beaucoup au bleu des sittelles.

Le nom de fauvette subalpine, qu'on donne également à cette espèce, lui convient parfaitement. En effet, en dehors des périodes de passage qui sont les seuls moments où elle fréquente les plaines basses, cet oiseau s'installe de préférence dans les garrigues, sur les flancs des collines et même dans les montagnes.
Il n'abandonne jamais sa brousse sauvage pour le confort des jardins. Les endroits arides exposés au soleil et les vallons ombragés lui conviennent aussi bien. Il requiert simplement une végétation buissonnante assez touffue et de hauteur moyenne telle que les maquis de chênes, les taillis, les clairières et les lisières des bois, les fourrés des versants rocailleux, les prairies et les zones boisées éparses. Dans les régions montagneuses du sud de la France, la fauvette passerinette s'élève jusqu'à 900, voir 1 300 mètres d'altitude.

Faucon pèlerin méditerranéen - Falco peregrinus brookei

Jeune fraîchement envolé. Les jeunes faucons pèlerins ont un plumage caractéristique marron et brun qui les différencie des parents. Leur mue se produira au cours de la deuxième année de leur cycle évolutif.

Mésange nonnette

La Mésange nonnette (Poecile palustris, anciennement Parus palustris) est une espèce de passereaux de la famille des paridés.

C'est un espèce familière, qui fait preuve de curiosité, mais est moins grégaire que la plupart des autres mésanges. Très semblable à la mésange boréale, elle s'en différencie par quelques légers détails physiques : une tête plus fine, l'arrière des joues brun-beige, une calotte noire brillante s'étendant très peu sur le dos, une bavette plus petite.

L'un des aspects intéressants de la vie de la Mésange nonnette, c'est que les couples sont stables. Mâles et femelles, une fois unis en février-mars, restent ensemble, même en automne et en hiver, tout en fréquentant d'autres nonnettes, voire d'autres groupes de mésanges, tout en restant sur son territoire ou proche de lui car c'est un oiseau sédentaire. Les nonnettes chantent surtout pendant la période qui va de la mi-janvier à la fin juin. Elles sont surtout actives à l'aube mais s'expriment également à toute heure du jour. Les mâles expriment leur territorialité par le chant, ce qui peut donner lieu à des duels chantés.

Troglodyte mignon

Le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) est une espèce de passereaux de la famille des Troglodytidae présente dans la quasi-totalité de l'Europe.

Le Troglodyte mignon est un des plus petits passereaux du vieux continent. Il mesure moins de 10 cm de longueur et ne pèse que 8 g environ. La longueur de sa main est inférieure à 5 cm.
Sa silhouette est très typique. Le corps rondelet porte une tête massive prolongée par un long bec fin et légèrement courbe. Une très courte queue (3,5 cm) est le plus souvent tenue relevée. Les ailes courtes et arrondies battent très rapidement. De fortes pattes roses, toutes proportions gardées, agrippent fermement le support.
Mâle et femelle sont identiques d'aspect. Le dessus est d'un brun assez chaud, nuancé par endroits de marron, particulièrement sur la queue et les sus-caudales. Un long sourcil clair surmonte l'œil sombre. Les rémiges et les rectrices apparaissent nettement barrées de brun sombre. Le dessous est beige-chamois avec les flancs eux aussi nettement barrés. Le juvénile ne se distingue des adultes que par des détails infimes de plumage invisibles sur le terrain. Aucune confusion avec une autre espèce n'est possible.

Contrastes

Soleil voilé, ciel tourmenté, brumes des vallées. Parfois tout veut se coordonner pour souligner la beauté de nos contrées...

Verdier d’Europe

Le Verdier d’Europe (Chloris chloris) est une espèce d’oiseau appartenant à l’ordre des passériformes (passereaux) et à la famille des fringillidés.

Il vit en Europe, au Moyen-Orient, en Asie centrale, ainsi que dans le Nord de l’Afrique. Son habitat se compose d’une mosaïque de milieux : les lisières de forêts de feuillus et de conifères, les boisements clairsemés, les boqueteaux, les régions bocagères, les vergers, les parcs, les jardins...

Relativement grégaire et anthropophile, il peut constituer des bandes hivernales où il s’associe parfois au pinson du Nord, au bruant jaune et à d’autres granivores à proximité de l’homme. Lorsque l’enneigement est important, la grégarité s’intensifie et de grandes troupes peuvent concentrer leur activité dans les champs moissonnés pourvus de leur glanure, près des fermes et dans les stations de nourrissage où abonde une nourriture encore accessible. On entend alors souvent les cris de contact caractéristiques qui ponctuent leurs envols.

Méditer...

Voici un élément élémentaire, auquel très peu de monde porte attention. Cette brindille, cette pousse d'épicéa symbolise pourtant le vivant, celui que l'être humain détruit un peu plus chaque jour... Avec l'ère moderne l'Homme a juste oublié qu'il n'était qu'un infime maillon de la biodiversité, plus néfaste que bénéfique. Deux solutions se profilent; soit nous réagissons enfin et apprenons à vivre en harmonie avec la Nature, soit notre ère sera vite achevée et Nature saura en profiter.

Bruant jaune

Le Bruant jaune (Emberiza citrinella) est une petite espèce de passereaux appartenant à la famille des Emberizidae.

Il est majoritairement sédentaire ; seules les populations les plus au nord migrent pour l'hiver. Sa migration débute entre septembre et novembre. Il hiverne dans le nord de l'Espagne, les côtes de l'Italie, dans les Balkans et en Turquie pour les populations de l'ouest, et vers la Transcaucasie, l'Iran ou le sud du Kazakhstan pour les populations orientales.
Le Bruant jaune peuple les milieux ouverts comportant des buissons et des haies, les landes et les pentes montagneuses riches en insectes et habitats variés. Hors de la période de reproduction, il fréquente essentiellement les terres agricoles.

L'homogénéisation et la simplification des paysages par les modifications des pratiques agricoles et le développement de l'usage des insecticides (en particulier les pulvérisations d'insecticides à large spectre en période de reproduction) semblent être les principales causes de sa régression. Plus l'agriculture est intensive et utilise de pesticides, moins les jeunes sont correctement nourris; ceux qui survivent sont en moins bonne condition physique. Divers parasites, bactéries, virus peuvent alors les affecter.

L’auteur

CHRISTOPHE BLANCHY

Ancien responsable des Collections du Jardin Exotique de Monaco, passionné de nature et de photographie .

Foulant les prairies de Beuil et de Valberg depuis ma plus tendre enfance, je m’y suis définitivement installé depuis quelques années avec la ferme intention de me donner le temps et les moyens de savourer ma soif de Nature et de Sauvage. Mon cheminement photographique, dicté par une approche naturaliste, a pour objectif la sensibilisation sur la menace qui pèse sur le reste du vivant… “

N° de Registre NIS : 7420Z 21177
Artiste Occasionnel – Photographe Animalier
Régime TVA : « TVA non applicable : art. 87 du Code des Taxes »